Victoire française à l’Iron Man de Salalah !

تتويج الفائزين بالمراكز الأولى في البطولة

Le Français Etienne Tillon a été couronné « Iron Man » à Salalah à l’issue du championnat « Iron Man », qui s’est déroulé sous le haut patronage de Son Altesse Sayyid Marwan bin Turki bin Mahmoud Al Said, Gouverneur du Dhofar, en présence de un certain nombre d’officiels de divers organismes gouvernementaux et privés et le public cible. Le tournoi a vu la participation de participants 700. De pays 63, ils ont participé à diverses courses de championnat, à savoir la course des enfants, la course des filles et la course Ironman. La longueur de la course dépassait 70,3 milles (plus de 113 km), et variait entre une natation de 1,2 mille (1,9 km), suivie d’une course à vélo de 56 milles (90 km) et enfin une course à pied de 13,1 milles (21,1 km). course. Cette compétition fait partie de la populaire série de triathlon longue distance « Iron Man »

Alors qu’Ammar bin Obad Salem Ghawas, directeur du département des festivals de la municipalité de Dhofar, a confirmé que l’organisation de tels tournois internationaux s’inscrivait dans le cadre des activités de la « saison des Serbes du Dhofar » pour l’année 2022, et dans le cadre des plans visant à faire de la province un destination pour les visiteurs en toutes saisons, car la municipalité et le ministère du Patrimoine et du Tourisme ont soutenu et parrainé le championnat « The Man ». Al Hadidi « a été organisé par la Middle East Triathlon Company pour la première fois dans le gouvernorat de Dhofar, avec le participation de 700 participants de différents pays.

Article source :
https://www.omandaily.om/الرياضية/na/الفرنسي-ايتان-تيلون-يتوج-بلقب-الرجل-الحديدي-بصلالة

Visite de Fabrice Loher, maire de Lorient à Oman notamment sur le méga-projet du port de Duqum piloté par une entreprise française !

Renforcer le partenariat et appliquer les normes internationales dans le domaine de la gestion et de l’exploitation des #موانئ_الصيد avancées,
Aujourd’hui, nous avons eu le plaisir de rendre visite au maire de la ville Français de Lorient et au président du conseil d’administration du port de Lorient, nos partenaires du projet de pêche polyvalente Duqm Marina, pour faire le point sur leur expérience à cet égard.

Au cours de la réunion, ils ont discuté des derniers développements dans l’avancement du projet, des étapes à suivre pour transférer l’expérience Français dans la gestion et l’exploitation des ports de pêche avancés et des possibilités de #الاستثمار conjointe avec le secteur privé dans #سلطنة_عمان. 🏗

لتعزيز الشراكة وتطبيق المعايير العالمية في مجال إدارة وتشغيل #موانئ_الصيد المتطورة،
سُعدنا اليوم بزيارة عمدة مدينة لوريان الفرنسية ورئيس مجلس إدارة ميناء لوريان، شركاؤنا في مشروع مرسى الدقم للصيد متعدد الأغراض، لاستعراض تجربتهم في هذا الجانب.

في اللقاء، تمت مناقشة مستجدات سير المشروع وخطوات نقل التجربة الفرنسية في إدارة وتشغيل موانئ الصيد المتطورة وفرص #الاستثمار المشتركة مع القطاع الخاص في #سلطنة_عمان. 🏗

Post LinkedIn : https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6955494863924547584/

TotalEnergies et Veolia joignent leurs efforts pour construire un méga champ de panneaux solaires conçu pour alimenter une usine de dessalement !

Aucune description alternative pour cette image

Le 27 juillet 2022 – TotalEnergies et Veolia ont signé un accord pour lancer la construction des plus grands systèmes solaires photovoltaïques (PV) alimentant une usine de dessalement à Oman, dans la ville de Sur. La centrale sera implantée sur le site de l’usine de dessalement de Sharqiyah, qui est une référence à Oman et dans la région du golfe, alimentant en eau potable plus de 600 000 habitants de la région de Sharqiyah.

Ce projet solaire de 17 mégawatts de pointe (MWc) sera le premier du genre à être installé dans la région. Elle produit annuellement plus de 30 000 mégawattheures (MWh) d’électricité verte, soit plus du tiers de la consommation quotidienne de l’usine de dessalement, ce qui lui permet d’éviter près de 300 000 tonnes d’émissions de CO2.

Cela est conforme à la stratégie énergétique nationale d’Oman visant à convertir 30 % de sa consommation d’électricité en sources renouvelables d’ici 2030. L’usine sera équipée de plus de 32 000 panneaux solaires à haut rendement et utilisera un système innovant de suivi est-ouest pour augmenter la consommation d’énergie. production. Il couvrira une superficie de 130 000 mètres carrés, soit l’équivalent d’environ 18 terrains de football.

« Chez Veolia, nous nous engageons à porter la transformation écologique du secteur de l’eau pour nos clients et pour nos propres actifs. Nous sommes heureux de lancer la construction de la centrale solaire sur notre unité de dessalement dans la ville de Sur, pour pouvoir l’alimenter en électricité verte tout en réduisant drastiquement son empreinte carbone, a déclaré Estelle Brachlianoff, directrice générale de Veolia. En tant que l’un des acteurs clés du secteur de l’eau d’Oman, Veolia s’engage pleinement à soutenir les objectifs de développement durable Vision 2040 d’Oman pour les communautés et les industries du Sultanat et notre projet solaire avec TotalEnergies va dans ce sens.

Article complet : https://totalenergies.com/media/news/press-releases/totalenergies-and-veolia-partner-build-largest-solar-system-desalination

Le Club France Oman accueille son 1er Partenaire ! 🎉

Site logo

Nous avons le plaisir de vous annoncer que M. Jean-Yves Berthon et par son biais, l’entreprise GREENTECH Biotechniques, a rejoint le Club France Oman pour un partenariat de deux ans.

Nous lui souhaitons la bienvenue et le remercions pour sa confiance. Merci également à toute l’équipe du Club pour les efforts déployés.

Nous sommes désormais impatients de pouvoir collaborer ensemble et de travailler à l’aboutissement de futurs projets Franco-Omanais !

GREENTECH Biotechnique (greentech.fr) est une entreprise de Clermont-Ferrand, pionnière de la biotechnologie végétale, qui développe et produit des ingrédients actifs de haute technologie, issus des mondes végétaux, marins et microbiens.

Ces cultures ont de multiples applications telles que l’agriculture, la gestion des eaux mais aussi la cosmétique, la pharmacie et la nutraceutique qui offrent de belles perspectives pour le Sultanat d’Oman.

Le Club France Oman

Déplacement du Bureau du Club France Oman à l’Éxposition Universelle de Dubaï

Découvrez grâce au @clubfranceoman les pavillons Omanais et Français ! 📸

Le Sultanat d’Oman réouvre ses frontières !

Le Sultanat d’Oman accueille à nouveau les voyageurs depuis le mercredi 1er septembre.Les conditions d’entrées sur le territoire s’appliquent pour les ressortissants français ainsi que pour les nationalités éligibles à un visa à leur arrivée sur place (voir ci-dessous) :

  1. Être en possession d’un passeport valide pour une période d’au moins 6 mois après la date de retour.
  2. Présenter un certificat de vaccination contenant un QR code attestant d’un schéma vaccinal de 2 doses pour les vaccins Pfizer BioNTech, Oxford Astrazeneca, Covishield AstraZeneca, Sputnik, Sinovac, Moderna, and Sinopharm et d’une dose pour le vaccin Johnson & Johnson. La dernière dose devant avoir été reçue au moins 14 jours avant l’arrivée. La liste des vaccins approuvés est mise à jour par le Ministère de la Santé du Sultanat d’Oman.
  3. Présenter un test PCR négatif avec un QR Code de moins de 72h pour les vols de moins de 8h et de 96h pour les vols de plus de 8h.
  4. S’inscrire sur le site https://covid19.emushrif.om/
  5. Disposer d’une assurance maladie internationale couvrant les frais d’un mois de traitement du COVID-19.
    • Tout passager arrivant sur le territoire sans test PCR devra se soumettre à un test PCR à son arrivée (payant) et à un isolement avec un bracelet électronique Tarrasud+ le temps du résultat du test. En cas de test positif, le passager devra se soumettre à un isolement de 10 jours à compter de la date du test.
    • Les enfants jusqu’à 18 ans inclus sont exemptés de présenter un certificat de vaccin et de test PCR. Les patients atteint de maladies ne leur permettant pas de recevoir le vaccin sont exemptés de présenter un certificat de vaccination.

Liste des 103 pays concernés la gratuité du visa touristique pour les séjours inférieurs à 14 jours, délivré sur place à l’arrivée disponible sur la page experienceoman.om

Source : https://www.experienceoman.om/fr/procedures-et-mesures-de-precaution/

Oman, médiateur discret du Golfe

Article France Culture par Christian Chesnot

Les émirs des monarchies pétrolières se réunissent en Arabie saoudite à l’occasion du 41e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Dans cette famille déchirée par les conflits internes et inquiète par les menaces iraniennes, le sultanat d’Oman fait figure de médiateur discret et efficace

C’est un sommet des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) très attendu qui se tient ce mardi à Al-Ula en Arabie saoudite, pendant lequel pourrait être scellée une réconciliation entre Ryad – ainsi que plusieurs autres pays – et le Qatar. Avec, dès lundi, l’annonce par le ministre koweïtien des Affaires étrangères de la réouverture par l’Arabie saoudite de son espace aérien et de ses frontières terrestres et maritimes au Qatar, après plus de trois ans de rupture des liens diplomatiques entre les deux pays du Golfe. Le royaume saoudien, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont rompu en juin 2017 leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l’accusant de soutien aux islamistes, de connivence avec l’Iran ou encore de semer le trouble dans la région. Le riche et ambitieux émirat gazier a toujours démenti et dénoncé le « blocus » dont il se dit victime.

Gardien du détroit d’Ormuz avec l’Iran, le sultanat d’Oman joue le rôle de médiateur discret dans la région. Cette posture n’a pas varié depuis la disparition de SM Sultan Qaboos ben Saïd en janvier 2020 qui a régné pendant près d’un demi-siècle à Mascate, et l’arrivée sur le trône de son cousin, Haitham ben Tarek.

« Le postulat de notre politique étrangère n’a pas changé avec le nouveau sultan, assure un diplomate omanais. Il continue de reposer sur la non-ingérence dans les affaires des autres. »

Bons offices entre Téhéran et Washington

Alors que la tension monte dans le golfe persique entre les États-Unis et l’Iran, le sultanat aux près de 5 millions d’habitants situé dans au sud-est de la péninsule Arabique se dit prêt à jouer les bons offices. Washington maintient une énorme présence militaire tandis que Téhéran vient d’enclencher le processus visant à parvenir à un enrichissement à 20% de son uranium.

« Les deux parties nous font confiance, poursuit notre diplomate omanais. Si on nous le demande, nous pouvons encore une fois faire passer des messages entre Américains et Iraniens. »

Avant la signature de l’accord de Vienne du 14 juillet 2015 sur le nucléaire iranien, c’est à Oman que les premières discussions préliminaires secrètes avaient eu lieu entre les émissaires de Washington et de Téhéran.

« Entre Iraniens et Omanais, on se connaît depuis longtemps, ajoute le diplomate omanais. Il ne faut pas oublier que le port iranien de Bandar Abbas fut au cours de l’Histoire sous domination d’Oman. » Et d’ajouter : « Les Iraniens sont un peuple qui adore négocier… »

Une diplomatie avant-gardiste et originale

Dans le golfe persique, Oman déploie une diplomatie originale, avant-gardiste et souvent à contre-courant des autres monarchies pétrolières. 

Il fut ainsi l’un des premiers États de la région à nouer des relations avec Israël sans pour autant signer un traité de paix. Oman a participé en 1991 à la conférence de paix de Madrid, notamment dans le volet multilatéral. Dans l’héritage de cette événement historique, subsiste le Centre de rechercher sur le dessalement au Moyen-Orient (MEDRC), qui impliquent encore des spécialistes israéliens.

Benjamin Netanyahu fut le dernier responsable politique israélien à rencontrer le sultan Qabous en 2018. Avant lui, Shimon Pérès était venu à Mascate dans les années 90. Bref, les responsables omanais n’ont aucune réticence à s’afficher avec des responsables israéliens.

Mais si Oman a tenu à féliciter les Émirats arabes unis et Bahreïn pour la signature du traité d’Abraham avec l’État hébreu, pas question pour autant de normaliser. « Avec les Israéliens, nous avons arrêté la relation, précise le diplomate omanais. Nous sommes toujours partisans d’une solution à deux États. Le problème avec les Israéliens, c’est qu’ils font un pas en avant… puis trois pas en arrière ! »

Maintenir les fils du dialogue à tout prix… même avec Bachar Al-Assad

Dans sa diplomatie à 360°, Oman n’a jamais rompu avec la Syrie de Bachar Al-Assad, contrairement à la plupart des autres pays arabes. Le sultanat a maintenu son ambassade à Damas pour ne pas se couper d’un canal de communication toujours utile. De son côté, le régime syrien a mis à l’abri à Oman une partie de ses trésors archéologiques qui était menacés de destruction et de pillages par les djhadistes du groupe État islamique.

Dans la tragédie du Yémen, la diplomatie omanaise s’active en coulisse à trouver une issue politique. Contrairement à ses voisins d’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Qatar, Oman a refusé de participer à la campagne militaire contre les rebelles Houthis, fidèle à sa position de neutralité.

« L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ne resteront pas éternellement au Yémen, » analyse philosophe le diplomate omanais, signifiant ainsi qu’il leur faudra bien trouver tôt ou tard une porte de sortie de ce bourbier.

Un rôle utile dans les libérations d’otages au Yémen

Le sultanat est aussi intervenu pour la libération de trois otages humanitaires français fin 2011. En 2015, c’est encore grâce à l’action discrète d’Oman que la Française Isabelle Prime, employée de la société Ayala Consulting, spécialisée dans la conception de programmes de protection sociale, avait recouvré la liberté.

Pour Oman, l’important est de maintenir le dialogue, quelques soient les circonstances et les interlocuteurs, et surtout de ne jamais couper les ponts pour maintenir le fil de la diplomatie, même s’il est souvent ténu. 

Dans la crise qui oppose depuis juin 2017 le Qatar et ses voisins d’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et Bahreïn, Oman a encore une fois joué sa propre partition diplomatique.

Mascate a refusé de s’aligner sur la ligne dure de Riyad, Abou Dhabi et Manama. Le sultanat a maintenu ses relations diplomatiques, économiques et commerciales avec Doha, suscitant l’agacement des partisans du blocus. Avec le Koweït, Oman joue les médiateurs pour rapprocher les points de vue.

Mais toujours à sa manière : sans publicité, loin des déclarations tapageuses et des caméras. Bref, une diplomatie tranquille et patiente, mais surtout efficace.

Article source : https://www.franceculture.fr/amp/geopolitique/oman-mediateur-discret-du-golfe?__twitter_impression=true&fbclid=IwAR2ykbiTKZ08S44NzZsmrCPUy_BsQioqJzhxisnKLljmcMZurvJjmauJ4_U